vendredi 25 novembre 2011

You and me, my room, now

Vous vous rappelez de Germaine ? Il y a un bon moment qu'elle est installée dans ma chambre, mais je n'ai jamais pris le temps de l'apprivoiser. Il fallait vraiment un bon moment, et aujourd'hui, j'ai fait quelques rangs de côtes, les plus rapides et les plus longs que je n'avais jamais faits.
Le minute par minute :

13 h 57 : j'ouvre le meuble, je sors le moteur (Germaine est moderne, elle a un moteur). Aïe, non, pas dans ce sens là, le moteur, on change. Il ne rentre toujours pas. Bon, il faut d'abord fixer le côté gauche, mais, oh, non, mon pull vient de s'accrocher dans les aiguilles. Doucement, voilà... Bon, je change pour un sweat.

14 h 12: Tout est sorti, je peux poser mon ordinateur sur le meuble de la machine, pour avoir une série TV en fond. Et je vais aller me faire un thé, aussi. Il faut être bien confortable, pour apprendre à utiliser une machine à tricoter.

14h 25 : la machine est branchée, le moteur bouge. Mon ordinateur est en place, j'ai un thé, un manuel d'utilisation ouvert. J'ai eu le temps d'aller chercher de l'huile pour les parties grippées, et un chiffon à poussière.

14 h 29 : qu'est ce que c'est que ce truc ? Ah, un ensemble pêcheur. Et ça, c'est la fonture avant, jusque là, je suis. Je ne sais pas à quoi ça sert, mais ça doit bien servir à quelque chose. Je n'ai pas le manuel du moteur, il faut que je cherche sur internet pour comprendre comment il marche. L'une des butées qui le fait changer de sens (pour faire un nouveau rang) est coincée, impossible de la sortir pour la remettre en place.

15 h : enfin, à force de tourner dans tous les sens, j'ai réussi à la sortir. Je vais décider tout de suite combien de mailles je vais faire, et ça ne changera pas. Allons-y, 30.

15 h 03 : il faut enrouler la laine sur un cône, j'ai un bobinoir, mais il manque les cônes, et la moitié des pièces. Un cône en papier, ça devrait aller, non ?

15 h 05 : j'arrête mon épisode de série, de toute façon je ne comprends rien. Mon thé est froid.

15 h 29 : j'ai fait un cône en papier, et enroulé le fil autour du cône, en terminant à la main. Les choses se compliquent, il faut enfiler le fil, je ne comprends rien au schéma.

15 h 42 : aïe, mon doigt vient de se coincer dans un des 12 leviers qui règlent plein de trucs.

15 h 53 : après 5 essais, je crois que j'ai réussi à enfiler le fil, ça fait des zig-zag comme prévu dans le manuel au premier rang.

15 h 54 : ah, c'est à ça que servent ces espèces de peignes !

16 h 00 : Bon, au deuxième rang, tout se coince. J'enlève doucement les chariots, je démêle le fil, et on recommence.

16 h 24 : ¨^!/#?, tout se coince toujours, le fil n'arrête pas de se casser, j'hésite à abandonner complètement, cette machine de l'enfer commence à sérieusement m'énerver. Respirons.
16 h 36 : Apparemment, les aiguilles n'ont pas le temps de redescendre entre le premier et le deuxième rang. et si je mettais la butée un peu plus loin à droite ? Sortons la doucement, il faut éviter de la coincer.

16 h 43 : Youpi, ça fonctionne !

16 h 46 : mon cône artisanal n'était pas une bonne idée, le fil est tout emmêlé, il faut défaire plein de noeuds. La prochaine fois, j'utilise tout simplement la pelote

17 h 04 : J'ai défait les noeuds, je fais avancer les fils doucement, tout à l'air de bien se passer

17 h 09 : Je viens de tricoter une vingtaine de rangs de côtes, en 5 mn. Il m'a juste fallu 2 h 30 pour comprendre comment ça fonctionnait. Je me suis pincée, piquée, j'ai failli tout envoyer balader, mais finalement, j'y suis arrivée. 

Germaine = 0 Sophie-Lili = 1.

La prochaine fois, j'essaye de faire des chaussettes !

3 commentaires:

  1. Rôh quel courage ! depuis mon déménagement je n'ai pas osé sortir ma Germaine à moi, elle est au "chaud" à la cave :s

    RépondreSupprimer
  2. Excellent ! J'ai récupéré une machine il y a quelques temps mais je n'ai pas encore eu l'occasion de la tester. Sans moteur, par contre. Je vais peut-être t'appeler à la rescousse ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas si je suis la meilleure personne à appeler à l'aide, j'ai beaucoup de mal à faire marcher Germaine !

    RépondreSupprimer